Le partenaire carburant de la grande distribution

Du lundi au vendredi de 8h à 18h30
0 820 428 429
Service 0,12 €/min + prix appel

Le Fil Info Egédis

Le Fil Info Egédis

L'actualité du monde pétrolier

Retrouvez ci-dessous les dernières informations concernant le monde pétrolier.

 

Ces infos sont mises à jour régulièrement.

 

Actualités pétrolières du mercredi 22 novembre 2017

mer. 22 nov. à 11:30

Le pétrole profite de propos favorables à un accord de l'Opep

 

Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse mardi, profitant de signaux optimistes sur la prolongation d'un accord pétrolier stratégique entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a avancé de 41 cents pour clôturer à 56,83 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a avancé de 35 cents pour finir à 62,57 dollars.

 

L'Opep et d'autres producteurs, dont la Russie, sont liés par un accord visant à faire baisser leur production dans le but de rééquilibrer le marché mondial et faire remonter les prix.

 

- Production américaine -

 

"La Russie pourrait hésiter à allonger les baisses, car une hausse trop marquée des prix pourrait pousser les producteurs américains de pétrole de schiste à augmenter leur production", a expliqué Joel Hand, analyste chez Inenco.

 

Bien qu'ils fassent partie des plus grands producteurs mondiaux, les Etats-Unis n'ont pas adhéré à l'accord pétrolier et peuvent donc augmenter leur production librement.

 

Certains indicateurs montrent que cette hausse a déjà été enclenchée, à l'image des chiffres de la production hebdomadaire de pétrole aux Etats-Unis par le département américain de l'Energie qui ont affiché deux records d'affilée lors des deux dernières semaines, ou du nombre de puits de pétrole actifs dans le pays qui se sont stabilisés vendredi dernier après une forte progression la semaine précédente.

 

Les investisseurs se préparaient par ailleurs pour une fin de semaine écourtée en raison de Thanksgiving, synonyme de fermeture des marchés jeudi et d'une activité réduite vendredi.

 

L'euro monte un peu face au dollar, l'Allemagne reste en ligne de mire

 

L'euro s'appréciait légèrement mardi face au dollar, le marché surveillant toujours de près les soubresauts de la crise politique en Allemagne en attendant d'éventuelles informations supplémentaires sur la politique monétaire américaine.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1740 dollar, contre 1,1732 dollar lundi vers 22H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne baissait face à la devise japonaise, à 132,00 yens pour un euro contre 132,12 yens lundi soir.

 

Le billet vert aussi perdait du terrain face à la monnaie nipponne, à 112,44 yens pour un dollar contre 112,61 yens la veille.

 

Après avoir été chahuté lundi, "l'euro reste sur ses gardes face au désarroi politique qui règne en Allemagne", a commenté Joe Manimbo de Western Union.

 

Le pétrole grimpe en Asie

 

Le pétrole était orienté à la hausse, mercredi matin, dopé par des estimations d'une nette baisse des réserves américaines de brut, en attendant les chiffres officiels du gouvernement américain.

 

Vers 05h00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 87 cents à 57,70 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, gagnait 42 cents, à 62,99 dollars.

 

La fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) a rapporté mardi soir que les réserves américaines de brut avaient diminué de 6,356 millions de barils au cours de la semaine qui s'est achevée le 17 novembre, contredisant les prévisions de ceux qui tablaient sur une hausse.

 

Les investisseurs surveilleront mercredi les chiffres officiels du département américain de l'Energie (DoE). Une baisse des réserves américaines est largement interprétée comme le signe d'un regain de demande au sein de la première économie au monde.

Actualités pétrolières du lundi 20 novembre 2017

mer. 22 nov. à 11:26

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse à New York

 

Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur l'éventuelle extension de l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à limiter sa production.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a pris 1,41 dollar, ou 2,56%, pour clôturer à 56,55 dollars sur le New York Mercantile Exchange. Sur la semaine, le baril a perdu 0,35%.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier s'est apprécié de 1,36 dollar ou 2,21% pour finir à 62,72 dollars. Il a cédé 1,26% sur la semaine.

 

Moroses au cours des séances précédentes, les cours de l'or noir ont repris des couleurs vendredi après des propos du ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, rapportés par l'agence Bloomberg.

 

L'euro monte un peu face à un dollar toujours affaibli

 

L'euro montait un peu vendredi face à un dollar qui restait lesté par les incertitudes entourant la réforme fiscale aux États-Unis malgré son adoption jeudi par la Chambre des représentants.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1787 dollar, contre 1,1772 dollar jeudi vers 22H00 GMT. La devise européenne restait toutefois à distance de sa performance de mercredi, quand elle avait atteint 1,1861 dollar, son niveau le plus élevé en quatre semaines et demie.

 

La monnaie unique européenne perdait du terrain face à la devise japonaise, à 132,19 yens pour un euro contre 133,05 yens jeudi soir.

 

Le billet vert aussi baissait face à la monnaie nipponne, à 102,15 yens, après être tombé à 111,96 yens pour un dollar - son niveau le plus faible en un mois - contre 113,02 yens la veille.

 

Les cours du pétrole mitigés en Asie

 

Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans l'attente de l'éventuelle prolongation de l'accord conclu par l'Opep pour limiter la production d'or noir.

 

Vers 03h15 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait huit cents à 56,63 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, cédait 17 cents, à 62,55 dollars.

 

Les cours avaient terminé en nette hausse vendredi mais à des niveaux inférieurs à ceux de la semaine précédente, signe que le marché se consolide.

 

Les prix "sont dans une phase de consolidation alors que le marché attend des nouvelles sur l'accord de limitation de la production de la part de l'Opep et de la Russie", a déclaré Margaret Yang Yan, analyste chez CMC Markets à Singapour. "Le marché à court terme reste techniquement baissier malgré le rebond de vendredi", a-t-elle jugé.

Actualités pétrolières du vendredi 17 novembre 2017

ven. 17 nov. à 09:38

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New York

 

Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et quelques partenaires à limiter leur production peut continuer à compenser la hausse des extractions aux Etats-Unis.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a cédé 19 cents pour clôturer à 55,14 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a reculé de 51 cents pour finir à 61,36 dollars.

 

Après s'être concentré sur le rapport hebdomadaire de l'administration américaine sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis, "le marché dirige maintenant son attention vers la prochaine réunion de l'Opep et de ses partenaires pour voir ce que va devenir l'accord sur la limitation de leur production", a relevé Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

 

L'euro baisse face au dollar, la réforme fiscale américaine avance

 

L'euro baissait face au dollar jeudi, reprenant son souffle après avoir atteint la veille un sommet en plus d'un mois face au billet vert, le dollar étant soutenu par une adoption de la réforme fiscale par la chambre des Représentants aux Etats-Unis.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1772 dollar, contre 1,1790 dollar mercredi vers 22H00 GMT. Il avait atteint la veille 1,1861 dollar, son niveau le plus élevé en quatre semaines et demie, effaçant ainsi toutes les pertes enregistrées suite aux propos prudents de la Banque centrale européenne (BCE) fin octobre.

 

La monnaie unique européenne s'équilibrait face à la devise japonaise, à 133,05 yens pour un euro, contre 133,04 yens la veille. Elle avait atteint mercredi 133,89 yens, un plus haut en près de trois semaines.

 

Le billet vert se renforçait face au yen, à 113,02 yens pour un dollar, contre 112,84 yens la veille.

 

La chambre des Représentants a adopté jeudi sa version de la réforme fiscale, malgré l'opposition des démocrates et de 13 des 240 élus républicains.

 

Les cours du pétrole divergent en Asie

 

Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va pas réduire à néant les efforts de l'Opep pour rééquilibrer le marché.

 

Vers 03H50 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 17 cents à 55,31 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, cédait 15 cents, à 61,21 dollars.

 

Les cours avaient connu ces derniers temps des plus hauts de deux ans grâce aux espoirs de voir l'Opep et d'autres pays producteurs prolonger leur accord de limitation de la production au-delà de mars 2018, et à cause des tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

 

Mais l'élan s'est quelque peu brisé lorsque les investisseurs ont réalisé que les fondamentaux -- faiblesse de la demande et surabondance de l'offre -- étaient toujours à l'oeuvre, selon les analystes.

Actualités pétrolières du jeudi 16 novembre 2017

jeu. 16 nov. à 09:24

Le pétrole lesté par la hausse surprise des stocks de brut

 

Le prix du pétrole new-yorkais et londonien a terminé en baisse mercredi après un rapport montrant une nouvelle hausse de la production d'or noir aux Etats-Unis ainsi qu'une augmentation surprise des stocks de brut et d'essence.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a cédé 37 cents pour terminer à 55,33 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a reculé de 34 cents pour finir à 61,87 dollars.

 

Selon les chiffres hebdomadaires de l'administration américaine, les réserves commerciales de brut et d'essence aux Etats-Unis ont, à la surprise des analystes, augmenté lors de la semaine s'achevant le 10 novembre.

 

L'euro se stabilise face au dollar après un sommet en un mois

 

L'euro se stabilisait face au dollar mercredi, les cambistes reprenant leur souffle après un sommet en plus d'un mois de la monnaie unique face à un billet vert affaibli par les incertitudes entourant l'adoption de la réforme fiscale aux États-Unis.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1790 dollar, contre 1,1796 dollar mardi vers 22H00 GMT. L'euro est monté mercredi vers 13H30 GMT à 1,1861 dollar, son niveau le plus élevé en près d'un mois et demi, effaçant ainsi toutes les pertes enregistrées suite à des propos prudents de la Banque centrale européenne (BCE) fin octobre.

 

La monnaie unique européenne perdait du terrain face à la devise japonaise, à 133,04 yens pour un euro, contre 133,83 yens la veille. Elle a atteint mercredi en début d'échanges asiatiques 133,89 yens, un plus haut en près de trois semaines.

 

Le billet vert baissait face au yen, à 112,84 yens pour un dollar - tombant même vers 13H35 GMT à 112,48 yens, au plus bas en près d'un mois - contre 113,46 yens mardi.

 

Le  pétrole en légère hausse en Asie

 

Les cours du pétrole étaient orientés en très légère hausse jeudi, une progression progression des réserves américaines de brut ayant tempéré les répercussions haussières des tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

 

Vers 04h25 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 2 cents à 55,35 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, progressait de 11 cents, à 61,98 dollars.

 

Selon les chiffres hebdomadaires de l'administration américaine, les réserves commerciales de brut et d'essence aux Etats-Unis ont, à la surprise des analystes, augmenté lors de la semaine s'achevant le 10 novembre.

 

La production de brut a pour sa part encore augmenté, les Etats-Unis extrayant en moyenne 9,65 millions de barils par jour. C'est un record depuis que ces chiffres ont commencé à être publiés, en 1983.

Actualités pétrolières du mercredi 15 novembre 2017

mer. 15 nov. à 10:02

Le pétrole freiné par le regain de la production américaine

 

Le prix du pétrole a baissé mardi, sous la pression d'une hausse de la production de brut aux Etats-Unis et de la prudence de l'Agence internationale de l'Energie sur les perspectives de demande d'or noir dans le monde.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a cédé 1,06 dollar pour terminer à 55,70 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a reculé de 95 cents pour finir à 62,21 dollars.

 

Ce repli "est probablement une réaction à l'annonce par l'Agence américaine de l'Energie (EIA) d'un nouveau coup d'accélérateur dans l'extraction de pétrole aux Etats-Unis", a avancé Bart Melek de TD Securities.

 

- Production et exportations records -

 

Les investisseurs s'attendent par ailleurs à la publication mercredi de chiffres hebdomadaires sur le marché du pétrole aux Etats-Unis de nature à faire baisser les cours, a avancé M. Yawger.

 

Selon la prévision médiane d'analystes sondés par Bloomberg, les réserves américaines de brut devraient avoir baissé de 2,4 millions de barils, celles d'essence de 1,5 million de barils et les stocks de produits distillés reculé de 1,8 million de barils.

 

Mais "il est probable que le rapport fasse également état d'une production et d'exportations à des niveaux records", reléguant au second plan une éventuelle hausse des stocks de brut, a souligné M. Yawger.

 

"Le fait qu'on échange le baril de WTI autour de 55 dollars et celui de Brent autour de 60 dollars incite les producteurs de pétrole de schiste à accroitre leurs extractions", a-t-il détaillé en rappelant que le nombre de puits de forage en activité la semaine dernière, selon le dernier rapport de la société Baker Hugues, a enregistré sa plus forte progression depuis juin.

 

L'euro grimpe face au dollar, la livre à la peine

 

L'euro grimpait mardi face à un dollar toujours affaibli par les incertitudes sur la mise en oeuvre de la réforme des impôts aux États-Unis, tandis que la livre britannique souffrait après les dernières données sur l'inflation au Royaume-Uni.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1796 dollar, contre 1,1665 dollar lundi vers 22H00 GMT. La monnaie unique a atteint mardi vers 18H10 GMT 1,1805 dollar, son niveau le plus élevé en près de trois semaines, depuis la dernière réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

 

La monnaie unique européenne gagnait également du terrain face à la devise japonaise, à 133,83 yens pour un euro - grimpant même vers 21H40 GMT à 133,85 yens, un sommet en près de trois semaines - contre 132,55 yens lundi soir.

 

Le billet vert repartait à la baisse face au yen, à 113,46 yens contre 113,63 yens lundi soir.

 

"L'euro semble être le seul" à tirer son épingle du jeu mardi, la devise s'appréciant face à toutes ses principales contreparties, a observé Connor Campbell, analyste chez Spreadex.

 

Le pétrole continue de chuter en Asie

 

Les cours du pétrole continuaient de chuter mercredi en Asie sous l'effet de la révision à la baisse par l'Agence internationale de l'Energie de ses prévisions sur la demande d'or noir dans le monde.

 

Vers 04h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, baissait de 58 cents à 55,12 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 73 cents, à 61,48 dollars.

 

Les cours avaient connu ces derniers temps des plus hauts de deux ans grâce aux espoirs de voir l'Opep et d'autres pays producteurs prolonger leur accord de limitation de la production, et à cause des tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

 

Les analystes avaient cependant mis en garde contre une correction technique, jugeant que le marché connaissait un emballement excessif.

Actualités pétrolières du mardi 14 novembre 2017

mer. 15 nov. à 10:00

Le pétrole termine en ordre dispersé, partagé entre la production américaine et l'accord de l'Opep

 

New York - Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en ordre dispersé lundi, partagé entre des commentaires favorables à une prolongation de l'accord de réduction de la production de pétrole des pays producteurs de brut et inquiet d'une hausse de la production américaine.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a gagné 2 cents pour clôturer à 56,76 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a reculé de 36 cents pour finir à 63,16 dollars.

 

"Le marché anticipe pleinement une prolongation de l'accord de réduction de pétrole" des pays producteurs, a indiqué Bill O'Grady de Confluence Investment.

 

L'euro se stabilise face au dollar, le marché opte pour la prudence

 

New York (awp/afp) - L'euro se stabilisait face au dollar lundi, les cambistes débutant la semaine avec prudence avant la publication de données sur l'inflation de part et d'autre de l'Atlantique et se détournant de la livre britannique du fait d'incertitudes politiques.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1665 dollar, au même niveau que vendredi vers 22H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait légèrement face à la devise japonaise, à 132,55 yens pour un euro contre 132,40 yens vendredi soir.

 

Le billet vert repartait en petite hausse face au yen, à 113,63 yens pour un dollar contre 113,50 yens vendredi soir.

 

"Toute la semaine dernière, l'euro a profité d'un accès de faiblesse du dollar" mais la question reste à savoir s'il y a suffisamment de fondamentaux pour que la monnaie unique concrétise sa reprise, a observé Konstantinos Anthis, analyste chez ADS Securities.

 

Pétrole: Le pétrole à la baisse en Asie

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, mardi, le marché montrant des signes de consolidation après que les cours eurent atteint des plus hauts de deux ans en raison des incertitudes au Moyen-Orient et de l'Opep.

 

Vers 04h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, baissait de 14 cents à 56,62 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 21 cents à 62,95 dollars

 

"Le marché est actuellement dans ce qu'on peut appeler une phase de consolidation", a déclaré Sukrit Vijayakar, analyste chez Trifecta Consultants.

 

Le Brent est passé de 57 dollars à 64,5 dollars "très rapidement et avec très peu de changement dans les fondamentaux", a-t-il dit à l'AFP. "Une consolidation était à prévoir."

 

Les prix ont notamment progressé du fait des tensions diplomatiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite et des perspectives d'une prolongation des réductions de production par l'Opep et ses partenaires.

Actualités pétrolières du vendredi 10 novembre 2017

ven. 10 nov. à 09:30

Le pétrole termine en hausse, préoccupé par l'Arabie saoudite

 

Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse jeudi, les investisseurs se concentrant sur les suites des tensions politiques en Arabie saoudite et sur l'annonce d'une baisse des exportations saoudiennes vers les Etats-Unis.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a gagné 36 cents pour terminer à 57,17 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a progressé de 44 cents pour finir à 63,93 dollars.

 

"Nous sommes à la merci de l'évolution des événements au Moyen Orient", a commenté Matt Smith de ClipperData.

 

- Baisse des exportations saoudiennes -

 

"L'hypothèse que l'escalade verbale aboutisse à une guerre est très peu probable, mais on ressent une aggravation des luttes de pouvoir à l'oeuvre (entre les deux pays) depuis des années", a jugé M. Smith.

 

Les prix étaient également soutenus par "des commentaires du ministre saoudien du Pétrole qui a affirmé qu'une coupe dans les exportations vers les Etats-Unis de l'ordre de 10% aurait lieu le mois prochain", a affirmé M. Smith.

 

Les investisseurs semblaient par ailleurs choisir une lecture optimiste du rapport hebdomadaire américain sur les réserves de pétrole publié mercredi, qui a dévoilé une forte hausse des réserves de brut et une production record.

 

"Les stocks (de brut) ont progressé mais ils sont principalement liés à un plongeon des exportations. Celui-ci ne sera que temporaire étant donnée la différence de prix actuelle entre le Brent et le WTI (respectivement cotés à Londres et à New York)", a commenté Kyle Cooper de IAF Advisors.

 

L'euro monte face à un dollar lesté par les remous sur la réforme fiscale

 

L'euro, aidé par des prévisions encourageantes sur la zone euro, montait jeudi face à un dollar freiné par les interrogations sur l'avancée des négociations sur la réforme des impôts à Washington.

 

Vers 19H00 GMT (20H00 HEC), l'euro valait 1,1644 dollar contre 1,1594 dollar mercredi vers 22H00 GMT.

 

La monnaie unique reculait un peu face à la devise japonaise, à 131,89 yens pour un euro contre 132,02 yens mercredi soir.

 

Le billet vert perdait du terrain face au yen, à 113,27 yens pour un dollar contre 113,87 yens mercredi soir.

 

L'euro recevait un léger coup de pouce jeudi d'une révision en nette hausse des prévisions de croissance de la Commission européenne pour la zone euro en 2017 et 2018.

 

Pétrole: le cours du brut recule en Asie

 

Les cours du pétrole reculaient vendredi en Asie sous l'effet de prises de bénéfices après une hausse provoquée par les tensions au Moyen-Orient.

 

Vers 05h40 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, perdait sept cents à 57,10 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, cédait dix cents à 63,83 dollars.

 

Les investisseurs s'inquiètent d'une forte remontée des tensions entre Ryad et Téhéran.

 

Au coeur des nouvelles tensions, le sort du Liban mais aussi du Yémen, en proie à un conflit meurtrier où les deux poids lourds du Moyen-Orient soutiennent des camps opposés. En cas de conflit, une partie de l'offre mondiale d'or noir pourrait disparaître, et ces inquiétudes ont fait monter les cours, selon les analystes.

Actualités pétrolières du jeudi 9 novembre 2017

jeu. 09 nov. à 09:34

Le pétrole termine en baisse après une hausse surprise des stocks aux Etats-Unis

 

Le pétrole coté à New York a terminé en baisse mercredi, réagissant à une hausse inattendue des réserves de pétrole aux Etats-Unis dévoilée par le département américain de l'Energie (DoE) dans un rapport hebdomadaire.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a perdu 39 cents pour terminer à 56,81 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

Lors de la semaine achevée le 3 novembre, les réserves commerciales américaines de brut ont augmenté de 2,2 millions de barils pour s'établir à 457,1 millions, quand les analystes tablaient sur une baisse marquée de ces réserves.

 

"La hausse (des réserves) est le résultat d'un déclin marqué sur les exportations américaines qui avaient atteint des records historiques la semaine dernière. C'est d'ailleurs la première fois depuis plusieurs semaines que ces exportations sont en-dessous du million de barils", a réagi Robert Yawger de Mizuho Securities.

 

Les exportations se sont affichées à 869.000 barils par jour contre 2,13 millions de barils une semaine auparavant.

 

L'euro en petite hausse face au dollar, le marché manque d'impulsion

 

L'euro montait légèrement face au dollar mercredi, ne parvenant pas à concrétiser une tentative de rebond après avoir été lesté la veille par un indicateur allemand décevant, alors que le billet vert manquait d'une nouvelle impulsion haussière.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1594 dollar contre 1,1588 dollar mardi vers 22H00 GMT et 1,1610 dollar lundi soir.

 

La monnaie unique baissait un peu face à la devise japonaise, à 132,02 yens pour un euro - tombant même vers 12H55 GMT à 131,40 yens, son niveau le plus faible en près de deux mois - contre 132,10 yens mardi soir.

 

Le billet vert aussi perdait du terrain face au yen, à 113,87 yens pour un dollar contre 114,00 yens mardi soir.

 

Le dollar effaçait mercredi une partie de ses gains de la veille, du fait de craintes de ne pas voir la réforme fiscale aux États-Unis être approuvée par le Sénat, a relevé Konstantinos Anthis, analyste chez ADS Securities.

 

Le billet vert s'était nettement renforcé mardi face à la monnaie unique européenne, atteignant même son niveau le plus élevé depuis fin juillet à 1,1554 dollar, porté par des attentes d'une nouvelle hausse des taux d'intérêt aux États-Unis le mois prochain et profitant d'un accès de faiblesse d'un euro lesté par la baisse plus forte que prévu de la production industrielle en Allemagne en septembre.

Actualités pétrolières du mercredi 8 novembre 2017

mer. 08 nov. à 10:22

Des prises de bénéfices font reculer le pétrole à New York

 

New York - Le pétrole coté à New York a terminé en baisse mardi, sous l'effet de prises de bénéfices, après avoir atteint la veille un plus haut depuis juillet 2015.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a perdu 15 cents pour terminer à 57,20 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

 

"La tentation de liquider une partie de ses investissements est élevée. C'est classique au lendemain de fortes progression", a expliqué Bill O'Grady de Confluence Investment.

 

Mais "la baisse est très légère par rapport à la hausse de 1,71 dollar connue la veille, car la pression demeure très forte en Arabie saoudite", a ajouté James Williams de WTRG Economics.

 

L'euro perd du terrain face à un dollar revigoré

 

New York (awp/afp) - L'euro baissait mardi face à un dollar revigoré par la perspective d'un nouveau resserrement monétaire aux États-Unis en décembre, tandis que la monnaie unique souffrait d'un indicateur allemand décevant dans un marché dans l'ensemble sans grand élan.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1588 dollar - après être tombé vers 10H15 GMT à 1,1554 dollar, son niveau le plus faible depuis fin juillet - contre 1,1610 dollar lundi vers 22H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne reprenait du terrain face à la devise japonaise, à 132,10 yens pour un euro contre 132,03 yens lundi soir.

 

Le billet vert s'appréciait légèrement face à la monnaie nippone, à 114,00 yens pour un dollar contre 113,72 yens lundi, jour où il avait même atteint 114,73 yens, son niveau le plus élevé depuis mi-mars.

 

Pétrole: l'or noir se replie en Asie sur des prises de bénéfices

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole continuaient mercredi de reculer en Asie en raison de prises de bénéfices, malgré les tensions au Moyen-Orient.

 

Vers 04h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, cédait 21 cents à 56,99 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 14 cents à 63,55 dollars.

 

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a accusé l'Iran d'implication dans la fourniture de missiles aux Houthis, les rebelles du Yémen, ce qui constitue, selon lui, une agression militaire directe contre son pays. "Cela pourrait être considéré comme un acte de guerre", a-t-il dit.

 

Les marchés s'inquiètent d'une perturbation majeure des approvisionnements en pétrole en cas d'aggravation de la situation, l'Arabie saoudite et l'Iran étant deux des plus grands producteurs d'or noir au monde.

Actualités pétrolières du mardi 7 novembre 2017

mer. 08 nov. à 10:18

Le pétrole profite des troubles en Arabie saoudite

 

New York (awp/afp) - Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en forte hausse lundi, au plus haut depuis la mi-2015, sous l'effet de tensions en Arabie saoudite, premier exportateur mondial d'or noir.

 

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a gagné 1,71 dollar pour terminer à 57,35 dollars sur le New York Mercantile Exchange, au plus haut depuis juillet 2015.

 

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a gagné 2,20 dollars pour finir à 64,27 dollars, à un niveau inégalé depuis la fin juin 2015.

 

Des princes, dont le célèbre milliardaire Al-Walid ben Talal, des ministres ainsi que des hommes d'affaires ont été appréhendés samedi lors d'une opération coup de poing qui fait suite à la mise en place d'une nouvelle commission anticorruption présidée par le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane.

 

- Tir de missile -

 

Le renouvellement de l'accord, qui engage pour l'instant ses participants jusqu'en mars 2018, devrait être au menu des réunions qui auront lieu le 30 novembre à Vienne.

 

"Même si l'application concrète de l'accord s'est fragilisée en cours de route, il est dans l'intérêt de l'ensemble des Etats de le prolonger", a ajouté Kyle Cooper de IAF Advisors.

 

La tension s'est également accru sur le front géopolitique lundi, les autorités saoudiennes ayant accusé l'Iran d'être derrière un tir de missile de rebelles yéménites intercepté au dessus de l'aéroport international de Ryad.

 

Ce tir pourrait, selon elles, "équivaloir à un acte de guerre". Téhéran a rejeté ces accusations "irresponsables et provocatrices" et accusé en retour Ryad de "crimes de guerre" au Yémen, pays ravagé par un conflit meurtrier.

 

L'euro s'équilibre face au dollar, le marché temporise

 

New York (awp/afp) - L'euro s'équilibrait lundi face au dollar, après une semaine marquée par une progression du billet vert, dans un marché dans l'ensemble peu animé.

 

Vers 22H00 GMT (23H00 HEC), l'euro valait 1,1610 dollar, au même niveau que vendredi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique perdait du terrain face à la devise japonaise, à 132,03 yens contre 132,42 yens vendredi soir.

 

Le billet vert aussi baissait face à la monnaie nippone, à 113,72 yens - après avoir atteint vers 01H10 GMT 114,73 yens, son niveau le plus élevé depuis mi-mars - contre 114,05 yens vendredi soir.

 

Le pétrole mitigé en Asie

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole étaient mitigés jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille consécutive aux tensions en Arabie saoudite.

 

Vers 04h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 6 cents à 57,41 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, reculait de 7 cents à 64,20 dollars. Une baisse expliquée par des prises de bénéfices.

 

Le WTI avait gagné lundi 1,71 dollar pour terminer à 57,35 dollars sur le New York Mercantile Exchange, au plus haut depuis juillet 2015.