Nouveau client ?
Je veux créer mon compte

Le partenaire carburant de la grande distribution

Du lundi au vendredi de 8h à 18h30
0 820 428 429
Service 0,12 €/min + prix appel

Le Fil Info Egédis

Le Fil Info Egédis

L'actualité du monde pétrolier

Retrouvez ci-dessous les dernières informations concernant le monde pétrolier.

 

Ces infos sont mises à jour régulièrement.

 

Actualités pétrolières du vendredi 20 avril 2018

ven. 20 avril à 10:06

Le pétrole termine en ordre dispersé, surveillant une réunion de l'Opep

 

Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé jeudi partagés entre des commentaires précédant une réunion des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires vendredi et des inquiétudes concernant l'ampleur de la production américaine.

 

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a clôturé à 73,78 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 30 cents par rapport à la clôture de mercredi et à un nouveau plus haut depuis la fin 2014.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a perdu 18 cents à 68,29 dollars.

 

En séance, le cours du pétrole new-yorkais a toutefois atteint 69,56 dollars, au plus haut depuis le 28 novembre 2014.

 

- Production américaine -

 

Par ailleurs, "le cartel et ses partenaires s'inquiètent du niveau de production américain et de la poursuite de cette tendance l'année prochaine", a observé Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

 

La production de brut, qui enchaîne les records depuis plusieurs semaines, a atteint un nouveau pic historique selon un rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (AIE) mercredi, les Etats-Unis extrayant en moyenne 10,54 millions de barils par jour (mbj)contre 10,53 millions la semaine précédente.

 

Ce rapport de l'EIA a également fait état d'une baisse des stocks de brut et de produits raffinés aux Etats-Unis.

 

"La baisse des stocks américains est inattendue pour la saison", ont remarqué les analystes de Morgan Stanley, alors que l'été, saison des grands déplacements en voiture, n'a pas commencé. Ils notent que les exportations expliquent en partie cette baisse.

 

La situation politique au Venezuela, les risques de sanctions américaines contre l'Iran et les affrontements en Syrie maintenaient également les cours de l'or noir à un haut niveau, ont en outre estimé les analystes de PVM.

 

L'euro baisse face à un dollar aidé par des indicateurs encourageants

 

L'euro se repliait jeudi face au dollar après la publication de statistiques meilleures que prévu sur l'économie américaine qui ont fait grimper les rendements de la dette des Etats-Unis sur le marché obligataire.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2339 dollar, contre 1,2374 dollar mercredi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne baissait face à la devise japonaise à 132,52 yens, contre 132,69 yens la veille au soir.

 

Le billet vert progressait face à la monnaie nipponne à 107,40 yens, contre 107,23 yens mercredi soir.

 

Le dollar a grimpé après la parution de chiffres meilleurs que prévu sur l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie et sur les inscriptions hebdomadaires au chômage.

 

Le pétrole recule en Asie

 

Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un contexte d'inquiétudes sur les tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

 

Vers 04h00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai perdait quatre cents à 68,25 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, cédait deux cents à 73,76 dollars.

 

Les investisseurs attendent une réunion vendredi à Jeddah des représentants de l'Opep et de leurs dix partenaires, dont la Russie, pour une réunion de suivi de leur accord de réduction de la production.

 

Les entretiens pourraient porter sur une prolongation de l'accord au-delà de l'échéance prévue à fin 2018 et les moyens de consolider leur alliance pour maintenir les cours à des niveaux élevés.

Actualités pétrolières du jeudi 19 avril 2018

jeu. 19 avril à 09:15

Le pétrole bondit à son plus haut niveau depuis plus de trois ans

 

Les cours du pétrole new-yorkais et londonien ont bondi mercredi à leurs plus hauts niveaux depuis fin 2014 après un net recul des stocks de produits pétroliers aux Etats-Unis selon un rapport hebdomadaire américain.

 

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a clôturé à 73,48 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,90 dollar par rapport à la clôture de mardi, et au plus haut depuis le 26 novembre 2014.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a pris 1,95 dollar à 68,47 dollars, au plus haut depuis le 1er décembre 2014.

 

"Le catalyseur de cette hausse vient du rapport américain sur les stocks qui a fait état d'un recul des réserves de brut et de produits raffinés", a indiqué Bill O'Grady de Confluence Investment.

 

L'euro se stabilise face au dollar, la livre en net recul

 

L'euro se stabilisait face au dollar mercredi en fin de séance tandis que la livre britannique s'affaissait après des données sur l'inflation en zone euro et au Royaume-Uni.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2376 dollar, contre 1,2370 dollar mardi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait face à la devise japonaise à 132,74 yens, contre 132,37 yens la veille au soir.

 

Le billet vert montait lui aussi face à la monnaie nipponne à 107,25 yens, contre 107,00 yens mardi.

 

"Comme mardi, la séance a été calme et les volumes d'échanges sont restés faibles", a souligné Sireen Harajli de Mizuho.

 

Aux Etats-Unis, "on assiste à de nombreux développements politiques et géopolitiques, entre l'ouverture avec la Corée du Nord, les discussions commerciales avec la Chine ou les négociations sur l'Alena", le traité de libre-échange avec le Canada et le Mexique, a-t-elle relevé.

 

Le pétrole continue de grimper en Asie

 

Les cours du pétrole continuaient d'augmenter jeudi en Asie, portés par le recul des réserves de brut américaines et des déclarations saoudiennes jugées positives.

 

Vers 03h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai prenait 27 cents à 68,74 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, gagnait 32 cents à 73,32 dollars.

 

Les stocks de pétrole brut ont reculé de façon inattendue aux Etats-Unis la semaine dernière selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), avec une baisse de 1,1 million de barils.

 

Cette baisse pousse les cours à la hausse car elle témoigne du renforcement de la demande chez le plus gros consommateur de brut mondial.

 

"Cette baisse surprise des stocks américains a changé la donne malgré la hausse de la production américaine révélée par les chiffres d'hier. Le marché est passé outre", a commenté Michael McCarthy, analyste chez CMC Markets à Sydney.

Actualités pétrolières du mercredi 18 avril 2018

mer. 18 avril à 09:35

Le pétrole monte légèrement avant le rapport sur les stocks américains

 

New York (awp/afp) - Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse mardi dans un marché restant sur ses gardes après avoir été fortement chahuté par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient et avant la publication d'un rapport sur les stocks d'or noir aux Etats-Unis.

 

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé à 71,58 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 16 cents par rapport à la clôture de lundi.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a gagné 30 cents pour finir à 66,52 dollars.

 

Après avoir grimpé la semaine dernière à leurs plus hauts niveaux depuis 2014, les prix du baril ont nettement reculé lundi et ont longtemps hésité mardi sur la direction à suivre.

 

L'euro pénalisé face au dollar par un indicateur allemand

 

New York (awp/afp) - L'euro, lesté par la chute du moral des investisseurs allemands en mars, baissait légèrement mardi face à un dollar qui profitait de son côté d'indicateurs de bonne tenue sur l'économie américaine.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2368 dollar, contre 1,2380 dollar lundi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne baissait également face à la devise japonaise à 132,35 yens, contre 132,61 yens la veille au soir.

 

Le billet vert reculait aussi face à la monnaie nipponne à 107,01 yens, contre 107,12 yens lundi.

 

L'euro s'est replié après être monté en début de séance à son plus haut niveau en trois semaines, au-dessus des 1,24 dollar.

 

Le pétrole continue de grimper en Asie

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole continuaient de grimper mercredi en Asie, portées par des estimations sur un déclin des stocks de brut américain et les inquiétudes sur de possibles ruptures d'approvisionnement au Moyen-Orient.

 

Vers 04h20 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai prenait 31 cents à 66,83 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, gagnait 33 cents à 71,91 dollars.

 

La fédération privée American Petroleum Institute a estimé que les stocks de brut américain avaient reculé d'un million de barils durant la semaine achevée le 13 avril. Le recul des stocks pousse les cours à la hausse car ils témoignent du renforcement de la demande chez le plus gros consommateur de brut mondial.

 

Les analystes jugent cependant que les risques de perturbations de l'offre d'or noir dus aux tensions géopolitiques au Moyen Orient sont le plus gros facteur haussier à l'œuvre.

Actualités pétrolières du mardi 17 avril 2018

mar. 17 avril à 08:57

Le pétrole en baisse après un apaisement des tensions en Syrie

 

New York (awp/afp) - Les prix du pétrole ont nettement baissé lundi après avoir atteint des sommets la semaine dernière, les investisseurs étant rassurés par l'absence d'escalade militaire en Syrie suite au bombardement mené par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

 

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé à 71,42 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,16 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour l'échéance de mai a perdu 1,17 dollar à 66,22 dollars.

 

Le pétrole avait terminé la semaine dernière à son plus haut niveau depuis décembre 2014, du fait de tensions géopolitiques croissantes, qui ont vu les Etats-Unis et leurs alliés français et britannique tirer durant le weekend une centaine de missiles sur des sites militaires et des centres de recherche du régime syrien.

 

- Schiste -

 

"Des prises de bénéfices ont été observées dès l'ouverture des marchés", a souligné Jasper Lawler de London Capital Group, ajoutant que selon lui, les prix devraient néanmoins rester soutenus par la persistance des tensions au Moyen-Orient.

 

Par ailleurs, la publication lundi d'un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur la productivité dans les activités de forage a poussé un peu plus les prix vers le bas, d'après M. Williams.

 

"Ce rapport montre qu'au rythme actuel de forage les Etats-Unis vont produire chaque année 1,5 million de barils de schiste supplémentaires, ce qui a un effet très négatif pour les marchés", a-t-il affirmé.

 

Tous types de pétroles confondus, les Etats-Unis ont produit 10,53 millions de barils par jour (mbj) selon un rapport hebdomadaire de l'EIA publié mercredi dernier, un niveau historiquement élevé.

 

Le dollar lesté par les incertitudes sur la politique américaine

 

New York (awp/afp) - L'euro montait lundi face à un dollar affecté par les incertitudes entourant les intentions de Washington sur le front diplomatique, commercial et monétaire.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2378 dollar, contre 1,2331 vendredi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait face à la devise japonaise à 132,56 yens, contre 132,38 yens vendredi soir.

 

Le billet vert, lui, baissait face à la monnaie nipponne à 107,09 yens, contre 107,35 yens vendredi.

 

Le dollar n'a pas profité du rebond plus important que prévu des ventes au détail aux Etats-Unis en mars (+0,6%), signe d'une consommation solide dans le pays.

 

Le pétrole rebondit en Asie

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole rebondissaient mardi en Asie, les inquiétudes sur de possibles ruptures d'approvisionnement au Moyen-Orient reprenant le dessus après les frappes américaines, britanniques et françaises en Syrie.

 

Vers 04h10 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai prenait 30 cents à 66,52 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, gagnait 23 cents à 71,65 dollars.

 

Après les frappes des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne contre des sites militaires du pouvoir de Bachar al-Assad, les cours avaient atteint des sommets. Mais les marchés s'étaient calmés lorsque les Occidentaux avaient souligné que leur opération militaire était "limitée".

Actualités pétrolières du vendredi 13 avril 2018

ven. 13 avril à 10:00

Le pétrole au plus haut depuis fin 2014 à New York

 

New York (awp/afp) - Le pétrole coté à New York a grimpé jeudi à son plus haut niveau en trois ans tandis que celui coté à Londres a légèrement reculé dans un marché toujours très sensible aux risques géopolitiques.

 

A la faveur d'un regain de vigueur en toute fin de séance sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a gagné 25 cents pour finir à 67,07 dollars.

 

A Londres le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a cédé 4 cents pour terminer à 72,02 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

 

"Comme depuis le début de la semaine, les cours profitent des risques géopolitiques associés à la situation en Syrie, à l'origine notamment d'un aller-retour de menaces entre les Etats-Unis et la Russie, auxquels se sont ajoutés des tirs de missiles sur l'Arabie saoudite" depuis le Yemen voisin, remarque Bart Melek de TD Securitie.

 

L'euro lesté face au dollar par une BCE jugée prudente

 

New York (awp/afp) - L'euro perdait un peu de terrain jeudi face au dollar après la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (BCE), jugée prudente par le marché notamment en comparaison avec son homologue américaine.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2330 dollar, contre 1,2367 dollar mercredi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait légèrement face à la devise japonaise à 132,16 yens, contre 132,08 yens mercredi soir.

 

Le billet vert lui aussi grimpait face à la monnaie nipponne à 107,19 yens, contre 106,79 yens la veille au soir.

 

"La combinaison d'une approche un peu plus optimiste que prévu dans les minutes de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed) et d'une prudence plus marquée qu'attendu dans celles de la banque centrale européenne (BCE) pèse sur l'euro", estime Eric Viloria de Wells Fargo.

 

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, après avoir atteint leur plus haut niveau en trois ans en raison des risques d'instabilité au Proche-Orient liée aux tensions entre Washington et Moscou sur la Syrie.

 

Vers 04h15 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai reculait de 18 cents à 66,89 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, cédait 19 cents à 71,83 dollars.

 

Le président américain Donald Trump, qui a réuni jeudi son équipe de sécurité nationale sur le dossier syrien, n'a pas encore tranché sur de possibles frappes aériennes après l'attaque chimique présumée dans l'enclave rebelle de Douma.

 

"La montée des tensions en Syrie a été le principal facteur d'évolution des prix, avant la hausse des réserves et de la production américaine", a observé Benjamin Lu, spécialiste des matières premières chez Phillip Futures à Singapour.

Actualités pétrolières du jeudi 12 avril 2018

jeu. 12 avril à 08:57

Le pétrole au plus haut depuis 2014 face aux tensions géopolitiques

 

New York (awp/afp) - Les cours du pétrole ont grimpé mercredi à leur plus haut niveau depuis décembre 2014, portés par un regain de tensions géopolitiques au Moyen-Orient, entre la menace de frappes américaines en Syrie et un tir de missile sur l'Arabie saoudite.

 

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a pris 1,02 dollar sur l'Intercontinental Exchange (ICE) pour terminer à 72,06 dollars.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a gagné 1,31 dollar à 66,82 dollars.

 

Les cours ont bondi après des informations sur l'envoi de missiles au-dessus de Ryad, la capitale de l'Arabie saoudite.

 

L'euro limite ses gains face au dollar après un compte-rendu de la Fed

 

New York (awp/afp) - L'euro limitait nettement ses gains face au dollar mercredi après la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed) dans lequel l'institution s'est montrée plus optimiste sur une hausse de l'inflation.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2365 dollar, contre 1,2356 dollar mardi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne baissait légèrement face à la devise japonaise à 132,17 yens, contre 132,46 yens mardi soir.

 

Le billet vert reculait plus nettement face à la monnaie nipponne à 106,89 yens, contre 107,20 yens la veille au soir.

 

Selon un compte-rendu de sa réunion de mars publié mercredi, les responsables de la Fed se sont montrés confiants sur la remontée de l'inflation vers la cible de 2%.

 

Le pétrole continue de grimper en Asie

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole continuaient de grimper, jeudi en Asie, les investisseurs ignorant la hausse des réserves américaines de brut pour se concentrer sur les risques géopolitiques au Proche-Orient.

 

Vers 04h00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai progressait de 32 à 67,14 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, gagnait 32 cents à 72,38 dollars.

 

L'Agence américaine d'information sur l'énergie a fait état d'une hausse surprise de 3,3 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis, confirmant les estimations de la Fédération privée American Petroleum Institute (Api).

 

Ce genre d'annonce est a priori de nature à faire baisser les cours en ce qu'elle signale une baisse de la demande au sein de la première économie mondiale.

 

Gaz/pétrole: la Nouvelle-Zélande n'autorisera plus de nouvelle exploration offshore

 

Wellington (Nouvelle-Zélande) - La Nouvelle-Zélande va renoncer à toute nouvelle exploration pétrolière ou gazière offshore afin de lutter contre le réchauffement climatique, a annoncé le gouvernement, que l'opposition a d'emblée accusé de "vandalisme économique".

 

"Nous prenons une mesure importante pour nous attaquer au changement climatique et créer un avenir propre, vert et durable pour la Nouvelle-Zélande", a annoncé la Première ministre Jacinda Ardern (centre-gauche).

 

L'industrie pétrolière et gazière néo-zélandaise génère chaque année 2,5 milliards de dollars néo-zélandais (1,4 milliard d'euros), dont 1,5 milliard pour les seules exportations. Elle emploie 11.000 personnes.

 

Mme Ardern a clairement précisé que cette décision ne portait pas sur les permis d'exploration et de forage déjà accordés, ce qui fait qu'aucun emploi actuel ne serait affecté.

 

Elle a également annoncé une limitation des nouveaux permis inshore qui seraient octroyés dans la région de Taranaki, sur l'île du Nord, où se concentre le secteur pétrolier et gazier néo-zélandais.

Actualités pétrolières du mercredi 11 avril 2018

mer. 11 avril à 12:40

Dopé par le Moyen-Orient, le pétrole au plus haut en 3 ans à Londres

 

Les cours du pétrole ont de nouveau nettement grimpé mardi à la faveur d'un apparent apaisement des tensions entre Pékin et Washington et d'un regain de risques pouvant affecter la production d'or noir au Moyen-Orient.

 

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé en hausse de 2,39 dollars à 71,04 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), son plus haut niveau en clôture depuis fin 2014.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a pris 2,09 dollars pour finir à 65,51 dollars.

 

En deux séances le prix du Brent a grimpé de 5,9% et celui du WTI de 5,6%.

 

L'euro profite de propos sur les taux d'intérêt

 

L'euro grimpait mardi face au dollar après des commentaires d'un membre de la Banque centrale européenne (BCE) sur une prochaine hausse des taux d'intérêt, malgré un recadrage de l'institution de Francfort peu après.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2356 dollar, contre 1,2321 dollar lundi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait aussi face à la devise japonaise à 132,47 yens, contre 131,54 yens lundi soir.

 

Le billet vert progressait aussi face à la monnaie nipponne à 107,21 yens, contre 106,77 yens la veille au soir.

 

Le pétrole à la baisse en Asie

 

Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, après la publication d'estimations d'une hausse surprise des réserves américaines de brut.

 

Vers 03h45 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai reculait de 14 cents à 65,37 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, cédait 25 cents à 70,79 dollars.

 

La fédération privée American Petroleum Institute (API) a estimé mardi que les réserves américaines de brut avaient augmenté de 1,758 million de barils au cours de la semaine achevée au 6 avril, ce qui est interprétée comme une baisse de la demande en pétrole au sein de la première économie mondiale.

 

Les marchés attendent désormais avec impatience la publication des données officielles du gouvernement américain.

Actualités pétrolières du mardi 10 avril 2018

mar. 10 avril à 09:16

Le pétrole entraîné par un regain d'appétit pour le risque

 

New York (awp/afp) - Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse lundi, rebondissant à la faveur d'un attrait renouvelé des investisseurs pour les actifs jugés risqués, comme les matières premières, dans le sillage de Wall Street.

 

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé en hausse de 1,54 dollar par rapport à la clôture de vendredi sur l'Intercontinental Exchange (ICE), à 68,65 dollars.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a gagné 1,36 dollar pour clôturer à 63,42 dollars.

 

Pour justifier cette progression, "on pourrait citer le repli du dollar, l'anticipation d'un recul des réserves de brut aux Etats-Unis, la montée des tensions au Moyen-Orient ou l'arrivée au poste de conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump de John Bolton, un homme qui s'est plusieurs fois prononcé en faveur d'actions militaires plutôt que diplomatiques", a relevé Robert Yawger de Mizuho.

 

L'euro grimpe face au dollar après des commentaires de la BCE

 

New York (awp/afp) - L'euro avançait lundi face à l'euro dans le sillage de propos du gouverneur de la Banque centrale européenne Mario Draghi dans le rapport annuel de l'institution, alors que le dollar demeurait sous pression.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2323 dollar, contre 1,2281 dollar vendredi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait face à la devise japonaise à 131,56 yens, contre 131,32 yens vendredi soir.

 

Le billet vert baissait face à la monnaie nipponne à 106,77 yens, contre 106,93 yens vendredi soir.

 

L'euro évoluait en hausse après la publication du rapport annuel de la BCE dans lequel M. Draghi estime notamment : "A l'avenir, nous prévoyons que le rythme de croissance économique demeure vigoureux en 2018".

 

Le pétrole grimpe en Asie à cause de la situation syrienne

 

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, en raison de la hausse des tensions en Syrie et d'un apaisement relatif pour ce qui est des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

 

Vers 04h20 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai gagnait 37 cents à 63,79 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, prenait 33 cents à 68,98 dollars.

 

L'attaque chimique présumée en Syrie a suscité une hausse des tensions internationales, les Etats-Unis faisant planer la menace d'une riposte militaire contre le régime syrien, tandis que la Russie appelait les Occidentaux à "renoncer à la rhétorique guerrière".

Actualités pétrolières du lundi 9 avril 2018

lun. 09 avril à 09:46

Le pétrole chute avec les tensions commerciales et un indicateur américain

 

Les cours du pétrole ont chuté vendredi, à nouveau affectés par un regain des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et alors que l'ampleur de la production américaine, telle que montrée par un indicateur, suscitait l'inquiétude.

 

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a fini la semaine à 67,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,22 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a cédé 1,48 dollar à 62,06 dollars.

 

Sur la semaine le WTI a reculé de 4,64% et le Brent de 4,65%, la plus forte baisse hebdomadaire depuis deux mois pour les deux types de contrats. Ils retrouvent leurs niveaux d'il y a deux semaines, avant un mouvement de forte hausse des cours.

 

Le dollar subit les tensions commerciales et l'emploi américain

 

Le dollar se repliait vendredi face à l'euro, victime du durcissement du bras de fer entre les Etats-Unis et la Chine et d'un rapport mitigé sur l'emploi américain en mars.

 

Vers 19H30 GMT (21H30 heure de Paris), l'euro valait 1,2283 dollar, contre 1,2240 dollar jeudi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne baissait légèrement face à la devise japonaise à 131,26 yens, contre 131,44 yens la veille au soir.

 

Le billet vert perdait aussi du terrain face à la monnaie nipponne à 106,86 yens, contre 107,39 yens jeudi soir.

 

"Le marché des changes était jusqu'à présent resté plutôt à l'écart de tous les palabres autour des sanctions commerciales annoncées par la Chine et les Etats-Unis, en estimant qu'il s'agissait surtout de postures pour mieux négocier", a commenté Mazen Issa de TD Securities.

 

Le pétrole rebondit en Asie

 

Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi matin en Asie, en raison d'achats à bon compte, mais les analystes mettent en grade contre la volatilité générée par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

 

Vers 04h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai gagnait 23 cents à 62,29 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, prenait 25 cents à 67,36 dollars.

 

Les cours du pétrole avaient chuté vendredi en raison des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et de l'ampleur de la production américaine.

 

"Les prix du brut se sont effondrés du fait des tensions commerciales mondiales et de l'engagement de la Chine à riposter en cas de mesures punitives des Etats-Unis sur le commerce", a déclaré Benjamin Lu, analyste spécialisé dans les matières premières chez Phillip Futures à Singapore.

Actualités pétrolières du mercredi 4 avril 2018

mer. 04 avril à 09:12

Le pétrole se ressaisit après une lourde chute la veille

 

Les cours du pétrole se sont repris mardi dans un marché prudent, alors que les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis avaient plombé les échanges lundi.

 

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé à 68,12 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 48 cents par rapport à la clôture de lundi.

 

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a pris 50 cents à 63,51 dollars.

 

Lundi, alors que les marchés étaient fermés à Londres pour Pâques mais ouverts à New-York, les cours avaient reculé de 3,7% pour le Brent, plus forte baisse quotidienne depuis dix mois, tandis que le WTI avait cédé près de 3%, plus forte baisse depuis près de deux mois.

 

- 12 mai -

 

Plus largement, "le marché rebondit car les fondamentaux économiques restent bien orientés. Et les courtiers gardent aussi un oeil sur une décision très importante le mois prochain concernant l'Iran", a commenté M. O'Grady.

 

La Maison Blanche doit décider le 12 mai de continuer ou non l'accord sur le nucléaire iranien qui permet notamment au pays d'exporter son pétrole.

 

Mardi, les acteurs du marché ont pris connaissance des données officielles russes sur la production, qui a augmenté de 0,7% en mars par rapport à mars 2017, pour atteindre 10,97 millions de barils par jour.

 

"A ce niveau, la Russie dépasse les objectifs de l'accord de limitation de la production", a souligné M. Varga.

 

La Russie, premier producteur mondial, s'est associé fin 2016 à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et à neuf autres producteurs pour s'engager à limiter leurs extractions afin de rétablir l'équilibre de l'offre et de la demande.

 

L'euro se replie face à un dollar revigoré par Wall Street

 

L'euro, fragilisé par un indicateur sans éclat, perdait du terrain mardi face à un dollar qui a repris de la vigueur à l'ouverture du marché boursier à New York.

 

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l'euro valait 1,2268 dollar contre 1,2302 dollar lundi vers 21H00 GMT.

 

La monnaie unique européenne montait face à la devise japonaise à 130,71 yens contre 130,27 yens lundi à 21H00 GMT.

 

Le billet vert progressait lui aussi face à la monnaie nipponne à 106,54 yens, contre 105,89 yens la veille au soir.

 

Le pétrole en recul en Asie

 

Les cours du pétrole repartaient à la baisse mercredi en Asie après le rebond de la veille, dans un marché toujours très volatil sur fonds de tensions géopolitiques.

 

Vers 05h00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai reculait de 14 cents à 63,37 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

 

Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, perdait 18 cents à 67,94 dollars.

 

"Les marchés pétroliers restent pris dans un enchevêtrement de risques mondiaux, tandis que leur caractère très spéculatif et la crainte d'un marché surchargé limitent le mouvement vers une hausse (des cours)", a estimé dans une note Stephen Innes, analyste chez Oanda.