Le partenaire carburant de la grande distribution

Du lundi au vendredi de 8h à 18h30
0 820 428 429
Service 0,12 €/min + prix appel

Les réseaux de distribution

Une histoire française

La montée historique des GMS

Jusqu'en 1981 les prix des carburants sont fixés par l'Etat et la distribution est confiée à des réseaux dits traditionnels quasi exclusivement constitués de sociétés pétrolières.

Cette situation peu concurrentielle s'achève en 1981.

A cette date l'Etat décide de libéraliser les prix et autorise aussi les grandes surfaces à distribuer du carburant, ce qui va profondément modifier le paysage de la station-service en France. 

 

Une concurrence accrue

Le carburant devient produit d'appel

La libéralisation de 1981, va engendrer une véritable révolution sur le territoire français.

Les prix sont devenus libres et chaque station, ou réseau, décide alors de ses prix d'affichage (et donc de sa marge).

Les grandes surfaces vont se saisir de ce nouveau produit pour en faire un produit d'appel (vendu à faible marge) afin d'inciter le consommateur à rentrer dans leur surface de vente.

Cela va modifier de manière significative la carte de la distribution de carburants en France.

 

 

Un séisme pour la profession

Plus de concurrence et moins de points de vente

Comme illustré ci-dessous, la libéralisation de 1981 couplée à une concurrence débridée va déclencher une rationalisation et une très forte contraction des réseaux de distribution.

 

Le nombre de stations-service passe donc de 41 500 en 1980 à  11 194 en 2016 (dernières données officielles connues), et la tendance semble etre la meme pour les années à venir.

Source : UFIP/Nielsen
Source : UFIP/Nielsen
 

La montée en puissance des GMS

Une lente mais constante progression

L'arrivée des grandes surfaces et de leurs prix attractifs va provoquer en 30 ans la fermeture de près des 4/5ème des points de vente des réseaux traditionnels.

Pour autant le nombre de points de vente des GMS n'explose pas puisqu'il sera "simplement" multiplié par un peu plus de 3 en 30 ans. Ce que nous pouvons voir dans la graphique çi-dessus.

On comprend donc que la raison de la disparition des stations des réseaux traditionnels n'est pas due à une prolifération des stations GMS mais à un fort transfert des volumes distribués.

 

Source : UFIP/CPDP
Source : UFIP/CPDP

En 2015 l'écart entre le nombre de station-service du réseaux traditionnels et les station service des GMS continue à se resserer comme nous pouvons le constater dans le graphique çi-dessus. Malgré la baisse de -0,8% en nombre de station-service entre 2014 et 2015, les GMS continue à progresser, passons de 5031 station-services en 2014 à 5072 en 2015.

Source : UFIP