25 100 le-fil-info-egedis actualites-egedis
25/11/2021

Le pétrole stable après les stocks américains et l'appel de l'AIE aux producteurs

Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mercredi, dans un marché à faible volume avant le jour férié de Thanksgiving aux Etats-Unis, malgré des stocks américains plus hauts et après la pression mise sur l'Opep par l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a lâché 6 cents ou 0,07% à 82,25 dollars.

A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois a abandonné 11 cents ou 0,14% à 78,39 dollars.

Les cours du brut n'ont que peu réagi à l'annonce par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) d'une hausse des réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis la semaine dernière, d'un million de barils.

"Le marché était un peu taciturne aujourd'hui avec peu de volume alors que beaucoup d'opérateurs sont partis en vacances", a indiqué Phil Flynn de Price Futures Group.

Selon lui, même si à la surface, le rapport sur les stocks de brut est apparu décevant avec une augmentation inattendue, cette hausse s'explique par un léger prélèvement des réserves stratégiques qui est allé gonfler les cuves de réserves de Cushing (Oklahoma).

De plus, le rapport a aussi montré une demande d'essence soutenue avec une baisse des stocks, une production et une activité des raffineries en légère hausse. "La demande tient bon", a-t-il commenté.

Le Brent et le WTI n'ont également pas sourcillé après que le patron de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol, a dit mercredi "espérer" que les pays producteurs de l'Opep+ prendraient lors de leurs prochaines réunions "les mesures nécessaires" pour ramener les cours du pétrole à un "niveau raisonnable".

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Arabie saoudite en tête, et leurs dix alliés menés par la Russie via l'accord Opep+ limitent leur production afin de soutenir les cours.

Ce cartel a commencé à rouvrir très progressivement le robinet au cours des derniers mois, malgré la remontée des cours et l'insistance des pays consommateurs pour un geste plus important.

La libération conjointe par plusieurs pays d'une partie de leurs réserves stratégiques de pétrole, que les analystes de Rystad estiment à 71,5 millions de barils en tout - dont 50 millions pour les seuls Etats-Unis - pourrait ne pas provoquer l'effet de baisse des prix escompté, bien au contraire.

"Des informations de presse suggèrent que lorsque le groupe de pays producteurs va se réunir la semaine prochaine pour discuter de ses plans de production, il pourrait très bien reconsidérer sa stratégie actuelle d'augmentation de la production chaque mois", relevait Bart Melek responsable de la stratégie matières premières chez TD Securities.

"Des délégués de l'OPEP+ auraient indiqué que l'Arabie saoudite et la Russie envisagent une pause dans l'augmentation tandis que les Émirats arabes unis et le Koweït y sont opposés", a rapporté le spécialiste.

Retour

L’énergie est notre avenir, économisons-la !

Egedis : distributeur de carburants (E85, gasoil, essence) et livraison de carburant en vrac pour la grande distribution.